DIAGNOSTIC RAPIDE RELATIF AUX BESOINS DE RENFORCEMENT DES CAPACITES AU PROFIT DE LA COOPERATIVE AL HASSANIA

191

Table des matières

1.      Introduction. 3

2.      Initiatives de développement local 3

3.      Besoins en renforcement de capacités pour la coopérative Al Hassania. 4

3.1.       Diagnostic rapide. 4

3.2.       Résultats. 4

3.2.1.         Membres du bureau exécutif. 4

3.2.2.         Chefs de groupes. 6

4.      Conclusions. 7

1.    Introduction

La principale tribu utilisatrice de la forêt de Senoual est Ait Lyass avec ces six fractions. Il s’agit des fractions suivantes :

1- Ait Bouzyane.

2- Ait Hmed ou Nasser 1

3- Ait Hmed ou Nasser 2

4- Ichwaouen

5- Sidi Moussa ou Lyass

6- Ait Sidi Moussa.

Les adhérents de la coopérative Al Hassania, au nombre de 318, appartiennent à ces six fractions.

De manière générale, la pauvreté tend à mettre en péril les écosystèmes forestiers. Afin d’assurer leurs conditions de survie, les usagers nécessiteux se livrent à l’exploitation abusive des peuplements de la cédraie en particulier pour y puiser des moyens d’existence (produits ligneux vendus et bois utilisé pour les besoins domestiques, etc.). Cet impact négatif tend à s’accentuer durant ces dernières années où les populations péri forestières se rabattent sur la forêt en quête d’unités fourragères gratuites et de produits forestiers commercialisables. En effet, les besoins en augmentation avec la démographie et la pauvreté qui enregistre un taux de 20,07% exposent ces écosystèmes aux actions abusives. De ce fait, le déficit social inquiétant dont souffre la zone de Senoual fait de la forêt une véritable « caisse de sécurité sociale », appelée à fournir des moyens d’existence aux populations pauvres et vulnérables.

2.    Initiatives de développement local

Les premières actions de développement local visant la diminution de la pression anthropique sur les massifs forestiers ont été menées par l’AFMI, en l’occurrence :

  • Vulgarisation et distribution des fours améliorés et multi-usages pour un échantillon de foyers de montagne : technologie d’économie de bois de feu (65% par rapport au système traditionnel) ;
  • Equipement de la mosquée par un chauffe-eau solaire : technologie substituant le bois de feu par l’énergie renouvelable ;
  • Développement de culture à haut rendement « le safran » : adapté au petits exploitants et permet de donner une production équivalente à 50 dirhams par mètre carré.

La Direction provinciale du Haut-commissariat aux Eaux et Forêts et la Lutte Contre la Désertification (HCEFLCD) s’est approprié la technologie du four amélioré et a commencé la confection et la distribution des exemplaires au niveau des Ait Lyass. Ce programme de distribution des fours s’est élargi à l’échelle nationale et un budget important a été alloué dans le cadre du programme décennale actuel.

Les délits de coupes de bois de cèdre est une grande problématique au niveau de la zone et qui a suscité beaucoup d’intérêts au niveau local et régional. Dans le but de lutter contre ce fléau et afin d’assurer la gestion durable des écosystèmes de la cédraie le HCEFLCD a pris l’initiative d’organiser la population usagère et créer une coopérative forestière regroupant 318 membres regroupant les six fractions des Ait Lyass. La création de la coopérative Al Hassania a donné des résultats satisfaisants peu de temps après sa fonctionnalité en permettant la réduction des délits de coupe de bois d’œuvre, la contractualisation avec les usagers pour le respect des mises en défens, etc.

Le projet de développement forestier décidé par le Ministère de l’Agriculture Allemand au profit du HCEFLCD a été une occasion de plus pour encourager le développement humain et local de la population de la zone de Senoual. Ce projet qui vise la promotion des revenus tirés du bois cédé aux coopératives et la valorisation des sous-produits du sciage constitueront un exemple réplicable au niveau national.

3.    Besoins en renforcement de capacités pour la coopérative Al Hassania 

3.1. Diagnostic rapide

L’objectif est d’effectuer un diagnostic rapide pour l’identification des besoins en formation sur les thèmes prioritaires au profit des membres de la coopérative.

La méthodologie appliquée est l’entretien semi structuré ayant pour cibles les membres du bureau et un échantillon d’adhérents. L’échantillonnage est du type stratifié selon le niveau d’instruction des membres :

  1. Analphabète (ni lire ni écrire)
  2. Niveau primaire et coranique
  3. Niveau secondaire et supérieur

Compte tenu des contraintes de temps au niveau de la coopérative (travaux de martelage, etc) et certaines réticences de la part du bureau, les entretiens ont concerné, en ce premier temps, les membres du bureau (13 membres) et les caporaux (19 chefs de groupes), d’une manière exhaustive.

Des guides d’entretien sont préétablis, différemment, pour les membres du bureau et pour les adhérents (voir annexe).

3.2. Résultats

3.2.1.    Membres du bureau exécutif

  • Niveau d’instruction :

Au niveau du bureau exécutif on note que la majorité des membres (58%) ont un niveau d’instruction primaire et uniquement 8% ont un niveau secondaire.

  • Besoins exprimés en renforcement des capacités

Les types de besoins exprimés par les membres du bureau de la coopérative sont consignés dans le tableau ci-dessous.

Tableau n°1 : Besoins en renforcement des capacités exprimés par les membres du bureau de la coopérative
Types de besoins%
 Gestion administrative et comptable69
Gestion technique des exploitations61
 informations générales pratiques pour la gestion durable des ressources forestières  62
Formation générale spécifique à :
Gestion et gouvernance des organisations locales (associations, coopératives) 39
Mise au point des idées et gestion de microprojets31
Alphabétisation 
   Arabe100
Français100

La synthèse des interviews consignée dans le tableau ci-dessous permet de ressortir les besoins exprimés par ordre de priorité et qui sont comme suit :

  1. Alphabétisation (arabe et français)
  2. Gestion administrative et comptable
  3. informations générales pratiques pour la gestion durable des ressources forestières  
  4. Gestion technique des exploitations
  5. Gestion des conflits et bonne gouvernance des organisations locales
  6. Mise au point des idées et gestion de microprojets

La priorisation des thèmes selon les déclarations des membres donne le premier rang à l’alphabétisation, mais on préconise de commencer le renforcement des capacités des membres du bureau par les thèmes suivants :

  1. Gestion administrative et comptable
  2. informations générales pratiques pour la gestion durable des ressources forestières
  • Problèmes rencontrés dans la gestion des adhérents et des moyens financiers

En matière de difficultés et de contraintes rencontrées dans la gestion de la coopérative sont synthétisées dans le tableau n°2.

Tableau n°2 : contraintes et problèmes rencontrés

ContraintesTypes 
 Conflits avec les adhérents Distribution des taches38,5
 Litiges entre les adhérents Entre fractions38,5
 Problèmes de gestion des financesManque d’expériences23,1

On note bien deux types de contraintes qui sont relatifs à :

  • la gestion interne des adhérents qui constitue un problème de gouvernance interne de la coopérative,
  • la gestion intra-fraction qui est problème à la fois de gouvernance et de gestion de conflits.

Ces contraintes et ses conflits jouent en faveur du cinquième thème identifié relatif à la « Gestion des conflits et bonne gouvernance des organisations locales » et peut se placer en 3ème ordre de priorité.

Comme besoins exprimés dans les discussions générales on note « le suivi et accompagnement de la coopérative » dans tous les processus de gestion des marchés et de ses activités. En effet, plus de 38% des interviewés ont exprimé ce besoin.

Le besoin de suivi et d’accompagnement de la coopérative renforce le choix des premiers thèmes sus mentionnés.

3.2.2.  Chefs de groupes

  • Niveau d’instruction 

Pour les chefs de groupes (caporaux) on note que la grande majorité (88%) est analphabète et 11,5% sont d’un niveau d’instruction primaire.

  • Besoins exprimés en renforcement des capacités

Les types de besoins exprimés par les chefs du groupes de la coopérative sont consignés dans le tableau ci-dessous.

Tableau n°3 : Besoins en renforcement de capacités exprimées par les chefs de groupes

Types de besoins%
 Méconnaissance d’ordre générale dans le domaine d’activité  100
Méconnaissance technique dans le domaine d’activité  100
Informations générales et pratiques relatives à l’exploitation du bois100
Formation générale spécifique à : 
Découpage et classement du bois 100
Gestion des équipes d’exploitation :100
Alphabétisation
 Arabe 100
Français 100

La synthèse des interviews fait ressortir des besoins exprimés à l’unanimité par les chefs de groupes. Ces résultats peuvent être pris en considération du côté de leur qualification et non dans leur quantification. Les besoins exprimés peuvent être synthétisés dans les thèmes suivants :

  1. Informations générales pratiques relatives à l’exploitation forestière
  2. Informations générales pratiques relatives à la classification du bois
  3. Alphabétisation (arabe et français)

Comme les interviewés se sont exprimés tous de la même manière on retient l’ordre sus indiqué.

4.    Conclusions

Le travail effectué est un début du processus de suivi et d’accompagnement de la coopérative d’Al Hassania comportant des activités de renforcement des capacités et d’encadrement sur le terrain. L’accompagnement et la supervision devrait avoir comme support les techniques pratiques de bonne gouvernance et de gestions des conflits et des éléments déviants, existants au niveau de toutes les communautés.

Les résultats obtenus par les différentes interviews effectuées ont permis de dégager de thématiques fortes et importantes pour la promotion et le développement des capacités et de l’efficacité de la coopérative. Ce programme de renforcement des capacités prévu par le projet est une garantie pour mettre à l’abri la coopérative des éventuels échecs de gestion par méconnaissances ou conflits d’intérêts tout en permettant de renforcer la confiance et la cohésion entre les adhérents et le bureau exécutif.

Les thèmes prioritaires proposés pour l’exécution sont les suivants :

  1. Thème 1 : Gestion administrative et comptable
  2. Thème 2 : Informations générales pratiques pour la gestion durable des ressources forestières
  3. Thème 3 : Gestion des conflits et bonne gouvernance des organisations locales 

On propose que les deux premiers thèmes (thème 1 et 2) puissent être effectués selon les modalités suivantes :

  • Fin décembre : une session par thème de 2 jours par thème au profit des membres du bureau ;
  • Février 2016 : une autre session par thème de 2 jours au profit des membres du bureau.

Thème 3 :

  • Mars 2016 : deux sessions de 2 jours une au profit des membres du bureau et l’autre au profit des caporaux.

Atelier de sensibilisation et d’information

On propose aussi d’effectuer des ateliers de sensibilisation et d’information sur le terrain au profit des usagers des différentes fractions des Ait Lyass. Ce programme de sensibilisation et d’information permettra d’enlever les ambiguïtés et les mauvaises informations sur le projet et améliorer le climat de confiance entre le bureau exécutif et les usagers.

  • Une journée au niveau de chacune des six fractions durant le mois mars 2016 avec répétition en novembre 2016.
  • La présence des membres du bureau exécutif sera vivement souhaitée.
Sign up here to get the latest news delivered directly to your inbox.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.